L’Institut français de Cluj soutient la venue de JOSEF NADJ – danseur, chorégraphe et metteur en scène français d’origine hungaro-yougoslave et directeur du Centre chorégraphique national d’Orléans – dans le cadre du festival de théâtre INTERFÉRENCES organisé par le Théâtre Hongrois du 26 novembre au 7 décembre 2014. 

Josef Nadj est né en Serbie et a étudié le mime et le mouvement scénique avec Marcel Marceau et Eugène Decraux, à Paris. C’est toujours là qu’il a découvert le Butô, la danse-contact et la danse acrobatique. En 1986, il a fondé à Paris sa propre compagnie, le Théâtre JEL, qui jouit en ce moment d’une notoriété internationale. Le premier spectacle signé par Josef Nadj qui l’a rendu connu dans le monde théâtral c’était Le Canard Pékinois, réalisé en 1987. Au fil du temps, il s’est imposé par le biais de ses productions, étant un des fondateurs et promoteurs de la danse-théâtre. Depuis 1995, il est directeur du Centre national de chorégraphie d’Orléans, un des espaces de théâtre contemporain les plus compétitifs du monde. Il a remporté de nombreux prix, parmi lesquels le prestigieux « Premio Europeo per il Teatro Taormina » (2001).

« Le mouvement, le jeu, le théâtre, l’acte créatif, les spectacles » – ma vie y est dédiée. Outre cela, le fait d’essayer de partager mes connaissances et mon expérience avec les générations plus jeunes vient surtout du devoir que j’ai envers mes professeurs. » – déclarait Josef Nadj.

Dans le cadre du Festival Interférences, Josef Nadj présentera deux spectacles : CHANSONS DE WILHELM (29 nov avec le Théâtre Jel de Serbie) et PAYSAGE INCONNU (1er décembre, avec le Centre chorégraphique national d’Orléans). En dehors de sa carrière de chorégraphe, Josef Nadj s’est investi dans la sculpture, dans le dessin et dans la photo. Le lien étroit entre ses œuvres d’art et les créations sur scène est indiscutable. Il présentera donc également une exposition de photogrammes à la galerie IAGA à partir du 30 novembre. Les étudiants en théâtre et danse pourront bénéficier de son expérience et expertise lors d’un atelier qu’il animera le 28 novembre à Casa Tranzit. 

Retrouvez le programme complet du festival ici http://www.interferences-huntheater.ro/2014/en/ 

 

Samedi, 29 novembre, 17h et 21h, Salle studio du Théâtre Hongrois d’Etat Cluj-Napoca
Théâtre Jel, Serbie
Tolnai Ottó

LES CHANSONS DE WILHELM

55’ sans entracte
Avec: Josef Nadj, István Bicskei
Metteur en scène : Josef Nadj
Chorégraphie, scénographie, costumes : Josef Nadj

 

Josef Nadj approche pour la deuxième fois ces poèmes. La première occasion fut en 1992, lorsque le spectacle présenté en France portait le titre Les Échelles d’Orphée. Il a été rejoint pour cette production par István Bicskei, et depuis ils collaborent de manière constante. István Bicskei incarne pour la deuxième fois la figure de Wilhelm, le fou du village Vrbas, mais cette fois-ci il récite aussi des poésies, en compagnie de textes empruntés à Nietzsche. Josef Nadj illustre le personnage « pur philosophique » de Willy – comme le fait aussi le volume de poèmes – en conjuguant la triade composée de l’Idiot, de l’Artiste et du Miroir.

 

lundi, 1er  décembre, 19.00 – Grande salle du Théâtre Hongrois d’Etat Cluj-Napoca
Centre chorégraphique national d’Orléans, France
Josef Nadj , Ivan Fatjo, Akosh Szelevényi, Gildas Etevenard

PAYSAGE INCONNU

Danseurs : Josef Nadj, Ivan Fatjo
Un spectacle de Josef Nadj, Ivan Fatjo, Akosh Szelevényi, Gildas Etevenard
Concept : Josef Nadj
Musique et interpretes : Akosh Szelevényi, Gildas Etevenard

Lumieres : Christian Scheltens, asistenți Lionel Colet și Mathieu Landre
Son : Jean-Philippe Dupont
Décor: Julien Fleureau et Clement Dirat
Directeur de production: Michel Chialvo

« Paysage inconnu » évoque l’emprise que peut exercer la nature, le paysage arpenté par l’homme en autant de tableaux mis en perspective par rapport à la puissance de la rencontre avec l’animal. Pourtant, il ne s’agit pas d’un paysage abstrait, mais bien d’un panorama réel, non loin de Kanjiza, sa ville natale – dans la province de Vojvodine (ex-Yougoslavie).

Le “paysage inconnu” de Kanjiza, et les figures tutélaires d’amitiés fécondes et mystérieuses qui le composent, reste une extraordinaire source d’inspiration pour Josef Nadj. Ce paysage intérieur se désigne comme celle de l’étranger invité à la table des convives poètes et amis de Josef Nadj. Ottó Tolnai le poète, Tihamér Dobó, le peintre vagabond, et Antal dit Toni Kovács, l’ancien lutteur devenu sculpteur et qui forment la cène bucolique des périgrinations de l’esprit où l’art et la création en constituent la trame essentielle.

Et c’est donc à ce paysage inconnu et inachevé, faisant face à la fragilité de l’instant, à la mutation permanente de la nature, aux mouvements de la création, à la poésie de la disparition et de la trace, aux fluctuations imaginaires du vécu et du sensible, que semble s’adresser Josef Nadj avec la complicité d’Ivan Fatjo et des musiciens Akosh S. et de Gildas Etevenard.

Partenaires: Secretaría de Cultura del gobierno del Estado de Jalisco dans le cadre du Festival internacional de danza contemporánea Onésimo González, Guadalajara, Mexique – L’Odyssée, festival Mimos, Institut national des arts du mime et du geste de Périgueux.

 

dimanche, 30 novembre, 16h – vernissage
International Art Gallery Angels (IAGA)

Josef Nadj: FOTOGRAME 

Le photogramme n’est en fait que de la photographie exécutée sans caméra, où l’image naît du jeu de la lumière qui tombe sur une surface sensible. Un trait particulier toujours plus marquant de l’art de Josef Nadj est le fait que le mouvement influence inéluctablement le jeu de la lumière.

Ses premiers photogrammes ont été présentés lors du Festival d’Avignon en 2010 et ensuite exposées à la Biennale des arts visuels de Pančevo, Serbie, ainsi que pendant le December Dance Festival de Bruges. Une sélection représentative de ses travaux est à voir actuellement au Musée des Beaux-Arts d’Orléans.